ELABORATION DU PLAN SIMPLE DE GESTION DES FEUX DE LA RESERVE DE LA LEFINI : DERNIER VIRAGE

Du 23 au 28 mai 2018, le bureau de la commission chargée de l’élaboration de ce précieux outil de gestion des feux de brousse, sous la conduite de son Président Monsieur Frédéric   Lambert BOCKANDZA-PACO,  Directeur Général de l’ACFAP,  s’est rendu dans les villages Mbouambe Léfini, Etsouali,  Ngo2, Impe, Nsah, et les quartiers de NGO, pour sensibiliser les populations sur le niveau d’évolution de ce processus après les premières mission effectuées dans la contrée.

Par la même occasion les populations ont été informées des résultats obtenus après analyse des premières données par les institutions spécialisées notamment le CNIAF,  WRI et la CN-REDD au cours de l’atelier interministériel tenu à Brazzaville, auquel était associé,  les chefs de villages de la contrée. 

Au cours de ces entretiens les populations ont mieux perçu le danger que constitue  les feux de brousse incontrôlés sur leurs moyens de survie. En effet, les cartes produites au moyen des images satellites par WRI, ont démontré que la superficie dévastée par les feux de brousse dans la zone de la Réserve de Chasse de la Léfini est passée de 34 km2 en 2000 à 765 km2 en 2016. Par la même occasion, les populations  ont perçu la menace des feux de brousse sur les têtes des rivières avec pour conséquence inévitable, l’assèchement des principaux cours d’eau de la zone, y compris la Léfini qui abrite le plus grand barrage hydroélectrique de notre pays. Devant toutes ces évidences, les populations ont adhéré à toutes les propositions faites par la commission portant essentiellement sur la mise en place des comités villageois de gestion des feux, ainsi que des mesures spécifiques à prendre pour la protection des têtes des rivières. 

Vue partielle des participants au village IMPE

Photo de famille à Ngo 2

Toutes les informations collectées au cours de cette mission vont conduire à la finalisation du Plan Simple de Gestion des Feux,  avant sa validation qui est prévue au cours d’un atelier qui se tiendra à Ngo ou à Djambala selon la décision de l’autorité compétente, sous la présidence de Madame la Ministre en charge des aires protégées qui aura à ses côtés, l’Ambassadeur des États Unis d’Amérique au Congo.

Participants de NGO centre

Vue partielle des participants au village Etsouali

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *