Le Parc National d’Odzala-Kokoua, PNOK en sigle, est créé par décret n° 2001-221 du 10 mai 2001, sur les cendres de trois aires protégées qui sont : le parc national d’odzala créé en 1935 (126.000 ha), la Réserve de faune de la Lékoli-Pandaka (60.000 ha) et le domaine de chasse de Mboko (90.000 ha) créés en 1955. Ces trois aires protégées ont été regroupées à une extension dans le Département de la Sangha, ce qui a permis à cette aire protégée d’atteindre une superficie de 1.354.600 hectares, faisant d’elle la plus vaste de toutes les aires protégées du Congo.

  • Le PNOK est  situé à cheval sur les Départements de la Cuvette et de la Sangha. Il a été inscrit sur la Liste des Réserves de Biosphère  en 1977 sous l’appellation de “Parc National d’Odzala” avec sa superficie de 126.000 ha. Le PNOK figure également sur la liste indicative du Congo dans le cadre de la Convention relative au patrimoine culturel et naturel de l’humanité.

On y trouve une biodiversité riche et variée. Ses principaux habitats sont essentiellement constitués d’une mosaïque de forêts-savanes, parsemée d’un nombre importants de clairières et salines naturelles qui constituent les principaux points de concentration des grands mammifères. Ses  trois principaux cours d’eau sont la Mambili, la Lékoli et la Kokoua.

Sa faune est très riche et se caractérise par la présence des espèces emblématiques telles que l’éléphant (Loxodonta cyclotis), le gorille (Gorilla gorilla), le chimpanzé (Pan troglodytes), le bongo (Tragelaphus euryceros), l’hippopotame (Hippopotamus amphibius), le buffle (Syncerus Caffer nanus), le sitatunga (Tragelaphus spekei), la panthère (panthera padus) et bien d’autres. Le lion (Panthera leo) qui a été régulièrement observé dans ce Parc jusqu’en fin des années 90, n’a plus fait l’objet d’observations au cours de ces dernières années.

La faune aviaire est également variée avec la présence de plusieurs échassiers, limicoles et canards.   Les reptiles sont représentés par les trois espèces de crocodiles (Crocodylus niloticus, Crocodylus cataphractus et Osteolaemus tetraspis), le Python de Seba et bien d’autres serpents et tortues d’eau douce et terrestre.

En milieu des années 80, le Parc a bénéficié du financement du Programme ECOFAC dans le cadre du Fonds Européen de Développement. Ce financement a permis la réalisation de plusieurs études qui ont conduit à une nette amélioration des connaissances sur la biodiversité de ce Parc, ainsi quelques actions d’aménagement notamment la construction de la Base-vie du Parc à Mbomo, et le campement de Mboko.

Depuis 2010, le Gouvernement a placé la gestion de ce Parc en mode de Partenariat Public Privé (PPP) à travers un accord de partenariat signé avec l’organisation sud-africaine African Parks Network (APN). Les activités touristiques sont réalisées par Congo Conservation Company (CCC), une organisation de droit congolais qui entretient un tourisme haut de gamme dans la zone de Mboko et de Lango.