PARTICIPATION DU CONGO A LA HUITIÈME SESSION DU SOUS GROUPE DE TRAVAIL SUR LES AIRES PROTÉGÉES ET LA FAUNE SAUVAGE DE LA COMIFAC

.Du 29 au 30 mai 2018, le Sous-Groupe de Travail de la COMIFAC sur les Aires Protégées et la Faune Sauvage, a tenu sa huitième session ordinaire à l’Hotel Prince de Galles à Douala au Cameroun. Les réunions de ce Sous-Groupe de travail regroupent les experts de la faune sauvage et des aires protégées des pays de l’Espace COMIFAC, notamment les Directeurs de la Faune et les Directeurs Généraux des Agences Nationales en charge des Aires Protégées. Le Congo était représenté à cette session par Messieurs Roger Albert MBETE, Frédéric Lambert BOCKANDZA-PACO et Jean Bosco NGANONGO, respectivement Conseiller à la Faune et aux Aires Protégées représentant le Coordonnateur National COMIFAC empêché, Directeur Général de l’Agence Congolaise de la Faune et des Aires Protégées et Directeur de la Faune et des Aires Protégées. Au cours de ladite session, les experts ont examiné plusieurs points importants parmi lesquels, la mise en oeuvre du PAPECALF et du PAULAB, la gestion des stocks d’ivoires dans les Etats de la COMIFAC, la nouvelle structuration de l’Etat des Aires Protégées (Edap).

En ce qui concerne la mise en oeuvre du PAPECALF, les experts ont réitérés la recommandation portant sur la transmission par les Etats, de leurs rapports sur la mise en oeuvre du PAPECALF afin de permettre à la COMIFAC, de produire le rapport global de la mise en oeuvre de ce Plan d’Action qui est arrivé à son terme depuis décembre 2017. Ce rapport final permettra de commanditer une évaluation afin de se déterminer sur la reconduction ou non de cette initiative. Jusque là, seulement quatre pays sur les dix ont transmis leurs rapports dont le Congo. Les autres pays ont promis le faire dans les meilleurs délais. Concernant le Plan d’Action d’Urgence de Lutte Anti Braconnage (PAULAB), le représentant de la CEEAC a fait une présentation pour repréciser les missions de ce Plan d’Action adopté par la Conférence des Ministres de la CEEAC en avril 2013. Les experts ont retenu qu’il y a lieu de faire une distinction claire entre le PAPECALF et le PAULAB car les activités de ses deux plans d’Actions se confondent souvent. Il faudrait pour chaque pays, d’identifier les actions ayant en effet un caractère urgent et qui doivent figurer dans le PAULAB de chaque pays. Des rapports d’exécution y afférents seront rendus au cours des sessions du Sous-Groupe de Travail. Concernant l’incinération des ivoires d’éléphant et d’autres trophées saisies dont la viande de brousse, les experts se sont tous prononcés contre l’incinération des ivoires d’éléphant. Il va falloir pour chaque pays, de prendre des actes réglementaires en faveur de cette disposition relative à la non incinération des ivoires et d’autres trophées saisies. Toutefois, pour ce qui concerne les dispositions qui portent sur la distribution de la viande saisie auprès des malades dans les hôpitaux ou des prisonniers, les experts ont convenu de ce que de tels actes doivent être couvert par des certificats vétérinaires qui rassurent que la viande en question est propre à la consommation, faute de quoi, la destruction s’impose.

Monsieur Gervais ITSOUA MADZOU, Secrétaire Exécutif Adjoint de la COMIFAC ouvrant les travaux.

A propos de la nouvelle structuration de l’Edap (document publié chaque deux ans par l’OFAC), les experts ont pris acte de la proposition faite.

Enfin, le représentant du Rwanda a proposé que la neuvième session se tienne à Kigali. A propos, les Experts ont pris acte de la volonté du Rwanda d’abriter la prochaine session. Cette proposition sera soumise à la COMIFAC et ses partenaires pour la décision finale.

Le DFAP et le DGACFAP en plein travaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *