LES UNITÉS DE SURVEILLANCE ET DE LUTTE ANTI BRACONNAGE (USLAB).

Il s’agit des structures mises en place à travers des protocoles d’accord signés entre l’Administration Forestière et les Sociétés forestières concessionnaires des Unités Forestières d’Aménagement (UFA). La mise en place de ces structures est prévue dans les Conventions de Transformations et d’Aménagement (CTA) signées entre l’Administration forestière et les Sociétés forestières.

Entendu que les activités d’extraction de bois engendrent une affluence de population humaine à la quête d’activités génératrices de revenus financiers dans les chantiers forestiers qui constituent de marchés potentiels, le Gouvernement a, dans le cadre de sa politique d’aménagement forestier durable, pris cette dispositions en vue d’atténuer les effets néfastes des activités liées à la production de bois sur la faune sauvage dans les UFA en cours d’exploitation. C’est en cela que la mise en place et le fonctionnement de ces USLAB, constituent pour les sociétés forestières, des obligations contractuelles qu’elles sont tenues d’exécuter. Les protocoles d’accord signés entre l’administration et les sociétés forestières précisent les modalités de fonctionnement des USLAB ainsi que les engagements de chaque partie signataire. De manière générale, l’Administration nomme le personnel d’encadrement (Coordonnateur, Chef de Brigade et Chef de Patrouilles) qui est constitué particulièrement des Agents du corps des Eaux et Forêts. Des Ecogardes sont recrutés et formés localement en vue d’assurer les missions de Surveillance et de lutte contre le braconnage à l’intérieur des UFA en cours d’exploitation. La Société forestière quant à elle, apporte les  financements nécessaires inhérents au fonctionnement de l’USLAB  (Primes du personnel d’encadrement, salaires et primes des Ecogardes recrutés localement, formations et recyclage, véhicules et autres moyens logistiques, etc.)

Certaines de ces USLAB évoluant dans des concessions  forestières dont les limites sont contiguës à celles des parcs nationaux, bénéficient  de l’Assistance technique et financière de certaines ONGs internationales, améliorant ainsi l’efficacité de fonctionnement de ces USLAB dont s’ajoute une autre mission, celle de préserver les parcs nationaux de la pression des activités humaines qui s’exercent dans l’UFA. Ce genre d’USLAB a fait l’objet de signature de nouveaux protocoles d’accord entre l’Etat, la Société forestière et l’ONG internationale de conservation pour la mise en oeuvre des projets dits : “Projet de Gestion des Ecosystèmes Périphériques au Parc”, PROGEPP en sigle.

Le sens des  USLAB a été renforcé avec la certification des concessions forestières, donnant ainsi un exemple inédit de Partenariat Public Privé (PPP) entre l’Etat et les Sociétés Forestières. En effet, les financements apportés par les Sociétés forestières (privé) profitent à l’Etat (public) dans le processus de gestion durable de ses écosystèmes naturels et particulièrement de la faune sauvage au sein de l’UFA ; tandis que le Personnel d’encadrement mis à la disposition de l’USLAB par l’Etat pour exercer la LAB profite à la société forestière pour le maintien de sa certification et par conséquent, un bon marché pour son bois placé sur les marchés internationaux. 

Cette expérience unique en son genre donne de bons résultats  jusque là et peut constituer un bon modèle de gestion durable de la biodiversité à l’intérieur des concessions forestières en cours d’exploitation dans le Bassin du Congo.

Ce processus de mise en place des USLAB n’est encore opérationnelle que dans certaines sociétés forestières implantées dans la partie septentrionale du pays et se poursuit progressivement afin de couvrir l’ensemble du territoire national. Les sociétés forestières qui ont des USLAB opérationnelles dans leurs concessions sont les suivantes : Likouala-Timber, MOKABI SA, Thanry Congo, CIB, IFO, SIFCO et SEFYD.

Toutes les USLAB sont placées sous la responsabilité de l’Agence Congolaise de la Faune et des Aires Protégées (ACFAP). Elles sont toutes dotées de Comité Technique de Suivi, instance mandatée pour délibérer sur toutes les questions liées à leur fonctionnement. Cette instance regroupe en son sein, les représentants de l’Administration forestière, de la Société forestière, des Partenaires techniques et financiers, des communautés  locales et des autorités administratives locales.